beauté

L’huile démaquillante DHC : mon gros coup de coeur

Hello, Hello,

J’avais promis que je vous en reparlerais tellement j’en était contente ici. J’ai donc profité de ma dernière visite à la pharmacie (la visite hebdo quoi!) afin de renouveler mon achat et  pour vous en parler un peu plus en détail. En effet, comme c’est vraiment un coup de coeur cosmétique, j’estime que ce produit mérite tout à fait un petit article pour lui tout seul (rien que ça) ! Je précise que je n’ai absolument pas été soudoyée pour rédiger ce poste. Il s’agit ici de mon humble avis que je tiens simplement à vous faire partager.

La Deep Cleansing Oil, c’est quoi ?

Deep-cleansing-oil-DHC5Je vous avais déjà présenté la marque japonaise DHC, devenue ultra-culte justement grâce à sa célèbre huile démaquillante (ici). On connaît la réputation des cosmétiques asiatiques (coréens et japonais en tête) et celle-ci n’est n’est plus à démontrer : efficacité des formules, technicité des textures et résultats probants à la clé. Je porte une grand estime à ces produits car jusqu’à maintenant je n’ai jamais été déçue par les résultats obtenus et je reste toujours curieuse de dénicher de nouvelles petites perles comme cette huile.

La Deep Cleansing Oil est une huile démaquillante et nettoyante pour le visage. De mon point de vue, elle se distingue des autres huiles sur deux points essentiels : sa composition et sa texture, qui en font un produit redoutablement efficace.

Une liste d’ingrédients limitée

Deep-cleansing-oil-DHC2Ce produit bénéficie d’une composition limitée à neuf ingrédients ce qui réduit les risques de réactions allergiques (… réduire n’est pas éviter CQFD). Mais attention, qui dit simple, ne dit pas bio pour autant. Le produit  n’est pas certifié cosmétique biologique, en raison principalement de la présence de phenoxyethanol. J’ai scanné le produit avec l’application Think Dirty et il en ressort avec la note de 5, c’est à dire forte au niveau allergisante et immonutoxicité à cause de la présence controversée de ce fameux phenoxyethanol (je suis vraiment confuse mais l’application est éditée en anglais et je ne maîtrise pas parfaitement la traduction anglais/français sur le champ lexical des cosmétiques … honte à moi).

Deep-cleansing-oil-DHC3
Source : Think Dirty

Ce n’est donc pas le produit parfait en terme bio/éthique. Ceci dit, le fait d’avoir limité le nombre d’ingrédients en comparaison à d’autres huiles est de mon point de vue tout à fait honorable et je salue cet effort.

L’ingrédient principal étant l’huile d’olive (en première position), il conviendra de s’accommoder de cette petite odeur méditerranéenne (on y arrive facilement). On y trouvera également de l’huile essentielle de romarin… mais vous savez lire la photo.

Une texture facile à utiliser et une formulation efficace

Alors niveau utilisation, on ne peut faire plus simple : 2 doses suffisent pour mon maquillage quotidien (visage/cou/yeux)  et 3 doses si j’ai mis un fond de teint haute-tenue ou que j’ai insisté sur le maquillage des yeux (genre fard à paupières et eye-liner et triple couches de mascara).

Deep-cleansing-oil-DHC4Comment qu’on fait ???

  • On chauffe le produit dans le creux des mains
  • On l’applique partout : visage, cou et yeux donc
  • On masse pour bien tout décoller (30 / 40 secondes)
  • On rince à l’eau claire du robinet (quand on a vraiment chargé la mule coté make-up, on peut émulsionner l’huile avec un peu d’eau, puis re-masser et enfin rincer à l’eau claire). La formule est hautement hydrosoluble et c’est  vraiment le point fort de cette huile. Pas besoin de plusieurs rinçages ou d’utiliser un autre nettoyant. Cette huile démaquille ET nettoie la peau en même temps.

Après rinçage à l’eau claire, il ne reste …. RIEN !

Quel est l’intérêt de se démaquiller à l’huile ?

Bon je ne vais pas vous réciter les vertus du démaquillage à l’huile. Si vous flânez dans les para et autres parfumeries ou magasins bio, vous avez dû remarquer que toutes les marques proposent désormais une huile démaquillante dans leur gamme de produits. C’est bien qu’il y a une demande.

Dans l’absolu, n’importe quelle huile, même une huile d’olive de cuisine fera le job. Le gras dissout les maquillages les plus tenaces. Nonobstant, se tourner vers des huiles plus techniques ou adaptée à son type de peau, c’est une affaire de confort d’utilisation et de résultats sur le long terme.

Moi j’ai la peau mixte et réactive : grasse et brillante sur la zone T et plutôt déshydratée sous les yeux et sur les joues. Si j’utilise des produits pour peaux grasses, c’est l’effet rebond garanti : surproductions de sébum, petits boutons et points noirs avec pleins de petites ridules qui se dessinent au coin des yeux…. idem si j’utilise des produits pour peaux sèches. Les premières fois que j’ai voulu me démaquiller à l’huile j’ai utilisé une huile de jojoba et une huile de noisette (plutôt destinée aux peaux grasses et mixtes).  Tout ça par curiosité et pas l’envie d’investir dans un flacon juste pour tester. J’avoue ne pas avoir constaté d’effet rebond. Par contre, quelle galère à rincer…. Sans parler du démaquillage des yeux…. no comment !!!! Trop long, trop fastidieux. Je suis donc retournée aux eaux micellaires.

Mais quand on porte un fond de teint longue tenue ou bien couvrant la journée, je trouve  les eaux micellaires limitées (il faut y repasser plusieurs fois) et les gelées démaquillantes, certes efficaces, mais trop astringentes => effet rebond 😦

Pourquoi est-ce que je ne pourrai plus vivre sans ?

Deep-cleansing-oil-DHC1

Bon vous allez vous dire, là elle exagère un peu. Mais sincèrement, une fois cette huile essayée, difficile de revenir à un produit de démaquillage plus classique comme une eau micellaire ou un lait.

Plusieurs raisons expliquent un tel succès :

Le confort et le plaisir d’utilisation : masser son visage avec une huile qui glisse sur la peau, sans coller demeure une gestuelle très agréable. On a la sensation de bien décoller tout le maquillage, impuretés et autre pollution accumulées pendant la journée, tout en stimulant sa micro-circulation. Effet bonne mine obtenu après rinçage. Bon niveau olfactif par contre, c’est pas l’extase mais ça ne me dérange pas plus que ça.

La rapidité d’utilisation : pas besoin de masser pendant des heures. En 30 à 40 secondes pour le visage, le cou et les yeux, on décolle le maquillage même waterproof en un temps record. On fait suivre d’un rinçage à l’eau claire et zou, c’est fait !

Elle se rince facilement et rapidement à l’eau !!! Aucun film gras. Personnellement je fais suivre par un nettoyage avec ma petite brosse électrique pour le visage. C’est plus par habitude car on peut facilement se passer de cette étape et avoir une peau parfaitement nettoyée sans.

Sa haute tolérance : même utilisée sur les yeux, elle ne ne pique pas et ne laisse pas de film gras. Je n’ai eu à déplorer aucunes rougeurs, aucuns tiraillements ou autres petits boutons « réactionnels ». C’est assez rare chez moi pour le souligner.

Et enfin, plus besoin d’utiliser de disques en coton tout cracra. Ce sont des déchets en moins, et ça « j’achète » !!!!

Au bout d’un flacon d’utilisation je suis conquise (bon je l’étais dès la première utilisation, mais il ne faut crier victoire trop vite). Au-delà du temps gagné à me démaquiller et du plaisir à l’application, c’est surtout, la qualité de ma peau qui m’a réellement bluffée : une peau propre et nette, qui ne tire pas, sans plaque rouge. Pas d’effet rebond de sébum après 30 minutes. Le lendemain matin, le teint est frais, pas de petits boutons (tolérance ultra élevée).

Sas hésiter, j’attribue le label « Produit Miracle » pour la Deep Cleansing Oil de DHC.

Un petit bémol peut-être ?

Oui, essayons tout de même de garder la tête froide. Malgré des qualités indéniables, le seul vrai bémol que je tiens à partager et à adresser à la marque c’est son prix, relativement élevé. 24 euros les 200 ml. Sachant qu’un flacon me fait 2 mois environ, il me faudra débourser 144 euros environ par an pour me démaquiller, dans les règles de l’art certes, mais il ne s’agit « que » de nettoyer sa peau. J’en ai pris mon parti car j’estime que le nettoyage est une étape cruciale dans une routine de soin, et que même le meilleur des sérums ne pourra rien si la peau n’est pas préparée. Mais c’est une somme conséquente tout de même.

Ensuite, merci aux designers du flacon de concevoir un système de fermeture de la pompe différent de la petite bague de verrouillage qui s’égare facilement. Cela permettra d’emporter le flacon en voyage.

Enfin, je pense que le retrait du phenoxyethanol de la liste des ingrédients, serait un vrai plus pour ce produit. Je ne suis pas chimiste, mais si cet ingrédient pouvait être remplacé par une substance moins controversée, sans altérer les qualités actuelles du produit, alors là ce serait jackpot!

Et vous, avez-vous également été convaincues? N’hésitez pas à venir partager vos expériences.

2 réflexions au sujet de “L’huile démaquillante DHC : mon gros coup de coeur”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s