Mode

Mission « Fière de mon dressing » #2 : Faire le point sur soi

Bon, maintenant que nous avons pris conscience que notre garde-robe ne nous convient pas et qu’un changement est nécessaire pour améliorer son style, je vous propose de passer à la deuxième étape de cette mission.

Cette étape que je nomme « apprendre à se connaitre » consiste à faire le point sur soi:  son corps, ses goûts et sur son mode de vie. La recette d’une jolie garde-robe qui nous met en joie le matin tourne autour de ce triptyque indissociable. Je m’explique :

Première étape : Faire le point sur son corps

Déterminer sa morphologie

mission:fière-de-mon-dressing5On s’est toutes déjà demandé, avec plus ou moins de frustration d’ailleurs, pourquoi ce pantalon cigarette qui semble avoir été coupé sur le corps de la femme de la cabine d’en face, ne rend pas du tout pareil sur nous…. La réponse est simple. Nous ne sommes pas  toutes formées pareil. Bah oui, c’est comme ça, c’est injuste je sais. Certaines sont grandes, minces avec une taille de guêpe, et d’autres plus petites, plus rondes, plus plates avec des grands pieds, etc, etc…. J’ai fini par intégrer cette grande injustice, bien que cela ait pris plusieurs années. Mais voilà j’y suis.  J’ai plus de 30 ans,  et j’ai enfin conscience qu’il y a des vêtements que je rêve de porter mais qu’entre nous cela restera toujours du pur fantasme, et jamais une relation constructive sur le long terme. La bonne nouvelle, c’est que malgré tout, un vêtement, quand il est bien choisi en fonction de sa morphologie, peut vite équilibrer une silhouette que l’on ne trouve pas toujours à son goût.

Apprendre à déterminer sa morphologie, permet de reconnaître les pièces qui nous mettent en valeur de par leur coupe ou leur coloris. Celles qui vont flatter notre teint, souligner nos atouts comme une jolie poitrine, une taille marquée ou des jambes bien galbées, et faire oublier nos complexes (trop petite, trop ronde, lobes des oreilles trop imposants, que sais-je moi ) …

Mission:fière-de-mon-dressing-4Je ne connais pas une femme qui n’ait pas de complexes, justifiés ou pas d’ailleurs. Mais là, les filles, il va falloir être objectives et affronter le miroir en face à face. Il est temps de se voir telle qu’on est vraiment et non pas comme on l’a été ou comme on s’imagine l’être. On traîne souvent des complexes qui remontent à l’adolescence (l’adolescence, cette période délicieuse où notre corps se développe un peu dans tous les sens sauf dans celui qu’on voudrait). Sauf que maintenant, le temps a passé et notre corps n’est plus le même que celui qu’il a été ou qu’on pense qu’il est…. Une remise à niveau OBJECTIVE est nécessaire.  Alors on sort son mètre de couturière, on se met en sous-vêtements devant le miroir et ON SE MATE !!!!! Mais attention, pas question de se focaliser sur sa petite poitrine, sa culotte de cheval ou sur ce ventre qui a porté plusieurs fois la vie. Il faut savoir être indulgente aussi.

Ne vous comparez pas aux photos de Pinterest, Instagram ou des magazines maintes fois photoshopées. Regardez-vous avec vos yeux à vous en vous rappelant que votre corps avec ces quelques imperfections, racontent votre histoire. Qu’il s’agisse d’évènements joyeux comme la naissance d’un enfant ou de moments plus difficiles comme des troubles alimentaires ou des traitements médicaux, notre corps est là pour témoigner de notre vécu. L’essentiel est là. Pour le reste, comme se sentir bien dans ces fringues, et bien je vous invite à lire la suite…. 😉

Je l’ai mis en pratique pour moi-même et je vais vous raconter mon histoire car je pense qu’elle est assez révélatrice. Depuis l’adolescence, je souffre d’un complexe au niveau de mes cuisses. Comme la majorité des femmes je me suis arrondie à la puberté, et je me suis mise à focaliser sur mes hanches, mes cuisses et la fameuse culotte de cheval. Mes parents me faisaient souvent des réflexions à ce sujet, et ça m’a profondément marquée. Impossible de porter des pantalons ou des jupes près du corps car j’en revenais toujours sur cette partie de mon anatomie. Je n’achetais que des jeans droits ou flare pensant que cela compenserait la largeur de mes hanches. Ça a duré très longtemps, jusqu’à ce que les coupes slim redeviennent tendance. Un jour où je faisais du shopping, une vendeuse me voyant hésiter, m’a proposé d’essayer un jean slim. J’ai gentiment décliné sa proposition, arguant que ces coupes n’étaient pas faites pour moi. Elle m’a regardé avec des yeux ronds et m’a dit « Si vous, vous ne mettez pas de slim, personne n’en met ». Sur le coup je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire. Elle m’a fourré le jean dans les mains et envoyé en cabine. Et là, révélation !!! Je n’ai absolument pas de grosses cuisses, encore moins de culotte de cheval.  Et le slim me va bien, très bien même, beaucoup mieux que les coupes droites que j’ai l’habitude de porter. Que de temps perdu, et que de frustration en pensant à toutes ces pièces que je m’étais jusqu’à alors interdites de porter, pour des motifs plus ou moins imaginaires. J’ai vraiment pris conscience que j’avais une vision complètement biaisée de mon corps. Il était donc temps de faire le point.

Vous avez sans doute déjà entendu parler des différentes formes de morphologies féminines : A, H, X, 8, V, O…. Pendant que je faisais le bilan de ma garde-robe, j’ai pas mal vadrouillé sur les différents sites à ce sujet et j’ai trouvé pléthores de sites traitant de ce sujet et qui prodiguent divers conseils quant aux pièces à privilégier selon sa silhouette.

Pour ma part, j’ai longtemps pensé que j’étais un « A », jusqu’à ce qu’une super vendeuse du Printemps me fasse prendre conscience que j’étais un « X ». Cette découverte m’a permis de me séparer plus facilement de certains vêtements que je gardais dans ma penderie depuis des lustres mais que je ne portais pas car, sans savoir pourquoi, « y’avais comme un truc qui n’allait pas ». Maintenant, que j’ai l’explication scientifique de pourquoi le slim me va beaucoup mieux que la coupe « flare », mes cuisses et moi nous entendons beaucoup mieux.

Cette première étape m’apparaît cruciale car elle détermine tout le reste du processus. Il convient d’y passer un peu de temps quitte à demander de l’aide à un regard extérieur (famille, ami, consultant en relooking) si besoin. Connaitre sa morphologie vous permettra ainsi de sélectionner tout de suite les types de vêtements et les coupes qui vous mettent le plus en valeur. Et c’est important à retenir, parce que cela permet de mieux cibler nos achats et d’arrêter de nous comparer aux autres femmes. Lorsque l’on a conscience de sa morphologie et de ses atouts, on cède aussi moins facilement au « tout mode ». On peut ainsi prendre du recul par rapport à une pièce, qui bien qu’elle soit pile dans la tendance, ne nous siéra point car non adaptée à notre silhouette. On privilégie son propre style sans nécessairement céder aux sirènes des pièces ultra tendances.

Sélectionner ses couleurs

Mission:fiere-de-mon-dressing6Autant j’adhère vraiment aux conseils morpho-looks, autant je suis plus réservée quant aux théorie de la colorimétrie. La colorimétrie consiste à privilégier certaines couleurs en fonction de notre carnation, de la couleur de nos yeux et celle de nos cheveux. Selon ces trois critères, une carnation (chaudes ou froides) et de tonalités (intenses ou douces) vous est attribué : votre saison (femmes printemps, été, automne, hiver) ! Vous trouverez également de nombreux articles et de tutoriels sur la toile pour définir votre profil colorimétrique. J’aime bien celui des sites Cosmopolitain.fr (ici) ou Marie Claire (ici) qui sont très accessibles et proposent des fiches couleurs que vous pouvez garder sur vous et consulter quand vous faites du shopping. Personnellement (et cet avis n’engage que moi), la colorimétrie permet de mieux cerner les couleurs qui vous rendront plus lumineuses, mais je pense qu’il faut aussi savoir s’en éloigner. J’ai fais plusieurs tests de colorimétrie, et j’arrivais toujours au même résultat : je suis une femme Printemps. Je dois favoriser les tons chauds comme le brun, l’or, le jaune moutarde, le vert anis,  le turquoise, l’orange ou encore le bleu pastel. Et je dois absolument éviter le bordeaux et le bleu Klein….

Sauf que ….. j’ai essayé et que là, déception 😦

  • le vert anis et le turquoise (déjà je ne suis pas fan) et ne me vont pas du tout. Je passe mon chemin donc sans demander mon reste.
  • j’adore le rose dans quasiment toutes ses déclinaisons. Sauf que je me suis rendu compte que le rose, lui ne m’aimait pas. Il me donne l’air vraiment juvénile (et pas dans le bon sens du terme).
  • J’aime aussi beaucoup le bleu clair chiné, je trouve ça super classe. Mais le bleu clair fait ressortir mes cernes et le visage fatigué des lendemains de nuits trop courtes. Le bleu clair chiné et moi nous sommes donc séparé à l’amiable.
  • Le bordeaux, j’en porte souvent et je continue d’en porter car je trouve ça chic et romantique.
  • Le bleu Klein c’est ma grande surprise !!!! J’ai un pull cachemire bleu Klein un peu loose que j’affectionne particulièrement. Lorsque je le porte, je me sens rayonnante et j’ai toujours le plaisir de recevoir un compliment.

Je pense que tout est dit. Le meilleur des tests reste et restera toujours à mes yeux, d’essayer la couleur sur vous à la lumière du jour. N’hésitez pas à aller en boutique et à essayer des pièces de couleurs vers lesquelles vous ne seriez pas allées naturellement. Vous vous rendrez indubitablement compte de ce qui vous correspond ou non. J’ai connu ça avec le orange, couleur qui ô combien me rebutait, avant que je l »essaye. Et maintenant Orange et moi nous remettons ça de temps en temps.

Cette étape de connaissance de soi peut sembler fastidieuse mais investissez un peu de temps pour vous observer objectivement dans un miroir et déterminer votre morphologie, vos atouts et vos points faibles. Ainsi, vous saurez quelle coupe de vêtement privilégier et éviter les achats non réfléchis qui finiront au fond de votre placard. 

Quant aux couleurs, un seul mot : essayez des couleurs sur vous directement et allez vers des tons que vous n’auriez jamais osés habituellement. Sortez de vos sentiers battus, vous aurez de quoi être surprise, croyez moi 😉

Deuxième étape : faire le point sur ses goûts et les styles que l’on affectionne

S’écouter & se faire plaisir

Cela peut paraitre simple, mais ce n’est pas si évident car on a vite fait :

  • soit de se focaliser sur un style en particulier (par exemple « preppy » ou « bohème ») et une fois cette étiquette collée on risque de s’enfermer dans un  style, avec des pièces qui ne nous correspondent pas.
  • soit au contraire de se perdre dans pleins de styles différents ou pas toujours cohérents entre eux. Par exemple, on peut adorer les robes longues fluides au style gypsy, alors que l’on n’a dans sa penderie actuelle que des chemises en coton et des pantalons à pinces ou des vêtements sportswear. Les pièces sont donc parfois difficiles à accorder entre elles et la tentation de racheter de nouveaux vêtements « pour-aller-avec-ce-pull » est grande. On court donc le risque de répéter nos erreurs passées.

La solution pour appréhender au mieux ce que l’on aime  se situe finalement un peu entre les deux. Regardez autour de vous et notez ce qui vous plait : cela peut être un style, une silhouette dans sa globalité, ou encore une pièce  ou bien un détail, un accessoire qui donne du cachet à une tenue.

Cette étape exige un peu de temps également et peut s’étaler sur plusieurs semaines ou mois. Il s’agit de viser large et elle se résume en une phrase : regardez ce qui se fait autour de vous, ce que vous aimez et notez le ! Que cela soit dans la rue, à la télé, sur internet (Pinterest et Instagram pour ne citer qu’eux), dans les magazines etc… Ecoutez votre instinct tout simplement, sans chercher à rationaliser,  sans chercher à comprendre de suite pourquoi tel vêtement ou telle photo/image vous plait. Juste notez le pour vous en souvenir pour plus tard.

Mission:fière-de-mon-dressing7

Quand je dis « noter », il s’agit en fait de tout consolider au même endroit. Vos recherches peuvent contenir : des notes prises alors que vous étiez dans le métro, au travail ou en train de regarder un film, des photos de magazines ou de catalogues, des images internet, etc… Ce qu’il faut, c’est que tous ces supports visuels soient physiquement regroupés au même endroit. Cela peut être un cahier, un classeur avec des pochettes plastifiées (mon favori) ou des albums virtuels (tableaux sur pinterets, album photo sur votre smartphone, etc).

Une fois que toutes ces données ont été récoltées, vous pouvez enfin les traiter en faisant des recoupements entre les différentes images. Et là magie !!!! Vous constaterez que ce sont  souvent les mêmes types de look, de vêtements, de couleurs, de forme que l’on retient. Attention, il ne s’agit pas d’intellectualiser l’analyse. Ca ne vous apportera rien sinon de vous embrouiller l’esprit. Regardez simplement pourquoi ce même type de pièces ou de silhouette revient plus souvent. Cela peut-être par exemple :

  • le vêtement en lui-même : vous ne jurez que par les robes avec de jolies escarpins ou au contraire les pantalons slims avec boots plates reviennent fréquemment.
  • les couleurs : à vous les bleus rois, rouges cerise, jaune moutarde ou ce sont plutôt  les looks en noir et blanc qui ont retenu toute votre attention.
  • les formes : vous avez davantage retenu les petites vestes structurées ou au contraire ce sont les pulls loose et blouses fluides qui ont remporté les suffrages.
  • les matières : chemisiers légers, pulls en cashmire, sweats en coton, jupes et pantalons fluides ou plutôt jean?
  • les proportions : vous aimez les petits hauts très près du corps, décolletés ou vous préférez les pièces plus larges sur  vos membre inférieurs ?
  • le style en général : casual avant tout, habillé, romantique, etc?
  • les chaussures : boots, ballerines ou sneakers vous n’appréciez que le plat, ou les talons de 8 cm ne sont que le minimum syndical ?

A partir de là vos allez pouvoir commencer à tirer plusieurs grandes lignes sur vos préférences vestimentaires, mais aussi sur ce qui vous est impossible à porter. On apprend souvent à mieux cerner ses goûts par élimination. Par exemple :

  • impossible de porter de la couleur, des talons, du plat, des chemisiers à volants, des robes, des collants …
  • vous appréciez les silhouettes avec des tops plutôt fluides, loose, épaules dégagées…
  • vous ne jurez que par les robes (courtes, longues, chasubles, fluides, structurées etc). vous pourriez en porter tous les jours avec plaisir.
  • vous avez développé une fascination pour les pantalons taille haute portés avec des escarpins.

Vous voyez vos préférences commencent à s’affiner et avec elles, le(s) style(s) à se préciser : plutôt casuelle, rock, girly, rétro etc…

Une question demeure. Comment cela se passe si votre sélection ne correspond pas forcément à ce qui vous est conseillé en terme de morphologie ou de coloris? 

Mission:fière-de-mon-dressing7Bon alors pour les couleurs, j’ai dit ce que j’en pensé plus haut.

Concernant les pièces qui ne sont pas censées, en théorie, vous mettre en valeur, là j’ai envie de vous dire : et alors ???? Gardons à l’esprit que notre objectif c’est de concevoir et de développer une garde-robe qui vous rende fière et que vous avez envie de porter. Alors oui peut être que la jupe crayon ne sera pas la pièce qui flattera le plus votre silhouette, mais si vous vous sentez confiante et heureuse quand vous la portez, qui pourra vous en vouloir ? Pas moi en tout cas…. (#indulgence). C’est comme tout, il faut aussi savoir prendre ses distances par rapport à la théorie. Personnellement, je frôle le mètre 60. On m’a toujours répété que les robes ou les jupes longues n’étaient absolument pas faites pour moi. Alors ok, elles ne sont peut-être pas toutes faites pour moi, mais la dernière fois que j’ai portée une robe longue près du corps, tout le monde m’a dit que cela m’allongeait (« tout le monde » = les mêmes qui me soutenaient que cela ne m’allait pas)… Et ouais !!!!

593834-kylie-minogue-en-look-boheme-chic-on-950x0-3
Kylie Minogue (1,53 m) en robe longue bohème. On dit OUI! (Source fashion designs)

De la même façon, avoir une garde-robe pleine de pièces qui vous siéent à merveille comme des pantalons taille haute noirs ou gris mais qui vous font souffler au moment de choisir quoi porter le matin, n’est pas non plus l’objectif.

N’oublions pas que nous cherchons à avoir une garde-robe qui nous fait pétiller le matin, qui nous donne envie d’essayer de nouvelles combinaisons. Bref, quand vous vous regardez dans le miroir, il s’agit de se kiffer et pas de baisser les yeux :). Sélectionnez des pièces non pas seulement parce qu’elles flattent votre silhouette, mais aussi parce qu’elle vous donne envie d’être portées de par leur couleur, leur matière, leur tombé.

Allez vers l’inconnu

Ouvrez aussi votre esprit à des pièces vers lesquelles vous ne seriez pas allées naturellement. On peut avoir de belles surprises.

Mission:fière-de-mon-dressing
La photo d’Olivia Palermo qui m’a fait changé d’avis sur le short

Cela a été mon cas avec le short d’hiver. Je n’avais jamais vraiment compris l’intérêt de ce vêtement et pour moi il restait très connoté  plage, camping et apéro. Et puis un jour je suis tombée sur une photo d’Olivia Palermo avec un short en jean et des collants noirs. Coup de foudre visuel. J’ai sauté le pas avec un modèle en gros lainage sombre, très basique pour commencer. Quand je l’ai porté la première fois avec des collants noirs, des bottes et un pull loose, je me suis trouvée sympa. Un style plutôt casuel mais travaillé. Je n’aurais jamais songé au potentiel du short auparavant. J’ai décidé d’exploiter le potentiel short en réitérant avec des modèles un peu plus sophistiqués : du tweed de couleur, du satin, du pied de poule, du cuir du Skaï. J’ai varié aussi les combinaisons : bottes, cuissardes (sisi j’ai osé du haut de mon presque 1,60 m), Richelieu, pull, chemise, blouse de couleurs…. etc. J’ai reçu des compliments et depuis le short d’hiver est devenu une pièce basique de ma garde robe.

Troisième étape :  Faire le point sur son mode de vie

Gardez toujours à l’esprit que l’on s’habille pour vivre et non pas l’inverse. Comparez les vêtements que vous avez sélectionnés avec votre mode vie. Ils doivent être compatibles car au cas contraire vous ne les porterez pas! Choisissez des pièces dans lesquelles vous vous sentez à l’aise et qui vous permettent de pratiquer vos activités quotidiennes sans avoir à y penser, et sans qu’elles soient source de gêne.

Mission:fière-de-mon-dressingÇa coule de source, vous me direz…. Peut-être mais nous sommes ici pour réfléchir sur nous. Posons-nous donc les bonnes questions :

  • Est-ce que je travaille à l’extérieur de la maison ?
  • Est-ce que je dois m’occuper d’enfants la journée (les miens ou ceux des autres d’ailleurs) ?
  • Est-ce que je suis debout toute la journée ou bien assise dans un bureau?
  • Est-ce que je suis souvent en extérieur ? Est-ce que je fais beaucoup de voiture ?
  • Ai-je un code vestimentaire à respecter dans mon milieu professionnel (autre qu’un uniforme) ?

Ces questions vous guideront vers le choix de vos pièces :

  • Plutôt robe ou pantalon ?
  • Matières nobles comme la soie, le cachemire possible ou bien coton facilement lavable ?
  • Matières chaudes ou bien petites blouses fluides ?
  • Décolleté et jupe crayon ou col rond et jean ?
  • Talons hauts ou plats ?

Mon conseil : ne trichez pas en sélectionnant des pièces qui vous plaisent sur le coup, mais que vous ne porterez pas faute de practicité. J’adore les tenues un peu habillées composées de pièces travaillées et dans de belles matières. Sauf que pour le moment, comme je suis en congé parental et que je passe mes journées avec Minimouche, je privilégie les pièces qui ne craignent pas la carotte et les vomis de lait.

Etre stylée ne doit pas être un défi permanent et porter un vêtement une lutte de chaque instant. Se vêtir, c’est se sentir bien dans ses vêtements et les oublier de façon à se consacrer à d’autres activités dans la journée. 

Il est désormais temps de passer à la pratique. Je vous prépare un petit article sur l’étape 3 de cette mission qui consiste à trier et organiser votre dressing actuel. On se retrouve très vite pour la suite.

Bisous à toutes 🙂

5 réflexions au sujet de “Mission « Fière de mon dressing » #2 : Faire le point sur soi”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s