Enfants

Mais pourquoi s’embêter avec des couches lavables ?

Cet article fait référence à une marque. Il n’y aucun lien sponsorisé ni intérêt commercial de ma part. Je relate simplement notre expérience 😉

Hello, Hello,

pourquoi-sembeter-avec-les-couches-lavables4Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur, et comme son titre l’indique, s’adresse davantage aux parents de très jeunes enfants. A dire vrai, cet article est le premier auquel j’ai pensé quand j’ai créé ce blog. Mais j’ai longtemps réfléchi à la façon d’aborder la question. Fallait-il faire un guide complet? Un résumé listant les avantages et inconvénients de ce système ? Un plaidoyer en faveur de l’insert en fibre de bambou ? J’ai retourné la question dans tous les sens et je suis arrivée à la conclusion que, livrer simplement notre expérience serait bien plus utile aux parents qui se posent des questions sur ce système ou qui hésitent à y passer. Après tout, si vous êtes arrivés ici, vous avez dû parcourir des dizaines de sites explicatifs au préalable sur le sujet, et les termes TE1, TE2, insert ou voile protecteur ne doivent plus avoir aucun secrets pour vous. 😉 Voici donc notre petit retour d’expérience sur l’utilisation des couches lavables, commencée il y désormais plus d’un an.

Alors voilà, je suis l’heureuse et fatiguée maman d’un petit garçon qui a maintenant dix-huit mois. Nous l’avons surnommé Minimouche car il est né très en avance et ne pesait qu’un kilo à la naissance. Encore aujourd’hui, notre Minimouche est un petit format mais il est en  phase de « rattrapage ». Bref, après plusieurs semaines passées à ses côtés en néonat’, à l’hôpital, je peux vous dire que le sujet des couches lavables, j’ai eu le temps de l’étudier.

Pourquoi sommes-nous passés aux couches lavables ?

Je dis « Nous », mais on ne peut pas dire que l’Homme était farouchement enclin à s’y mettre. Les couches jetables, c’est facile, c’est rapide, alors pourquoi allez s’embêter avec un système dont nos grands-parents se plaignaient ?

Pourtant, observer la quantité de déchets produits par l’utilisation de couches jetables à de quoi faire réfléchir. Nul ne peut désormais ignorer les enjeux environnementaux. A la maison, nous faisons notre possible pour réduire les déchets, recycler, utiliser des produits respectueux de l’environnement. Alors, faire tant d’efforts pour finalement utiliser des couches jetables, m’est apparu finalement assez incongru.

Ensuite, on sait aujourd’hui que la plupart des couches jetables comportent certaines substances pas très cool comme du glyphosate, des phtalates, au mieux irritantes, au pire susceptibles d’être des pertubateurs endocriniens voire de potentiels cancérigènes.  Et même les industriels commencent à voir vert dans leurs couches jetables. Quand on sait que ces petites choses sont en contact direct avec les organes reproducteurs de nos tout-petits, je reste quelque peu perplexe ….

Quant à l’argument financier, on ne peut pas dire que cela fut ma première motivation. Mais en s’y mettant vraiment,  le système devient économiquement intéressant à long terme.

Ça marche comment les couches lavables ?

pourquoi-s'embeter-avec-les-couches-lavables1Après avoir étudié avec assiduité le côté technique de la chose : modèles, marques, système à privilégier, entretien, risques de fuite etc… j’ai choisi d’acheter un kit d’essai sur internet de la marque Hamac pour environ 30€, car il  était proposé en taille XS (il fallait au moins ça). Le risque financier était limité, les avis satisfaisants, alors j’ai cherché un petit code promo et j’ai passé commande. On verrait bien…

J’ai tout de suite trouvé le système pratique et le design des couches sobre, bien pensé et surtout adapté à la morphologie très, très menue de mon Minimouche. Ça ne baillait pas au niveau des cuisses et le système d’attaches en velcro permettent de bien ceinturer l’abdomen. De ce fait la couche ne bouge pas 🙂

Les inserts en coton (ce sont les serviettes de protection en tissu que l’on place dans la culottes, NDLR) étant de bonne qualité, j’ai eu la chance de ne pas avoir de fuites majeures…. Mais nous en avons eu tout de même au début car je ne positionnais pas l’équipement de mon petit boy super correctement.

Le premier essai étant concluant, j’ai donc décidé de passer à la vitesse supérieure en achetant plusieurs exemplaires, de taille S cette fois-ci. Il faut savoir que non seulement la taille de la couche doit s’adapter au poids pris par bébé, mais aussi  au volume des pipis (hmmmm, ça y est on rentre dans le vif du sujet).

Est-ce que c’est vraiment contraignant?

Il est vrai que j’ai eu peur de renoncer vite aux couches lavables parce que ce serait compliqué à gérer. Pour les sorties du quotidien, j’utilise un petit sac de transport hermétique pour ranger la couche sale et tout va bien. Il faut donc penser à prendre des couches d’avance et le sac à couche sale quand on sort. C’est une chose de plus à laquelle penser avant les sorties (en plus du doudou, des biscuits, des tétines, etc, etc).

Est-ce que ça pue ?

Entre nous, Parents, on va dire qu’on supporte l’odeur de nos petits. Alors oui, ça sent, mais ni plus ni moins qu’une couche jetable.

p1030pourquoi-sembeter-avec-les-coouches-lavables2Est-ce que ça absorbe autant qu’une bonne grosse couche Pampers ?

Clairement, NON. Mais le niveau d’absorption  est tout à fait honorable. Je change au maximum toutes les 4/5 heures (moins s’il y a code marron). Là où j’ai été étonnée c’est que même en cas de gros pipi et donc de couche bien pleine, l’insert lui est mouillé, mais le voile permet à bébé de se sentir au sec en retenant le pipi dans l’insert et non pas à la surface en contact avec les fesses.

Par contre, comme je suis une petite joueuse, la nuit, je l’avoue, nous continuons d’utiliser des couches jetables qui ont un pouvoir d’absorption plus élevé. Pareil, si je dois passer le week-end hors de la maison, je prends des jetables pour éviter de stocker les couches sales en attendant de rentrer à la maison.

Est-ce qu’on fait vraiment des économies?

Chez nous l’investissement a été assez modéré car nous avons acheté la majorité des culottes d’occasion et que nous utilisons des jetables la nuit.

Toutefois, si vous comptez passer à 100% sur ce système, voici à quoi pourrait ressembler l’investissement. Les quantités et les prix unitaires peuvent évidemment varier selon vos besoins, les marques et les réductions éventuelles… qu’on s’entende bien ;). Quant aux dépenses d’eau, de lessive et d’électricité nécessaires au lavage des couches, je n’ai les ai pas intégrées, mais il faut bien entendu tenir compte du fait que vous ferez davantage tourner votre machine à laver.

Par exemple :

  • 10 culottes lavables : 24 € x 10 = 240 €
  • 15 inserts lavables : 9 € x 15 =135 €
  • Voiles de protection : Compter 8/9 € pour 110 voiles jetables. A racheter tous les 18 jours environ. Soit 21 paquets à 9€ = 189 €/an.

Donc pour la première année d’utilisation, nous obtenons un total de 564 €. En comparaison,  un an d’utilisation de couches jetables revient à environ 482 € (0,22€ / couches à raison de 6 couches par jour). Les couches lavables engendrent aussi des frais en consommables comme les voiles de protection, l’eau, l’électricité, de la lessive spécifique pour entretenir les inserts… Bref on peut donc en déduire qu’investir dans des couches lavables représente tout de même un budget et que votre investissement ne sera rentabilisé qu’à plus d’un an d’utilisation. Autant bien réfléchir avant de sauter le pas, car l‘économie ne sera qu’à la hauteur de votre motivation et de votre engagement à utiliser les couches lavables sur le long terme.

Comment gérer les lavages et le stockage des couches sales ?

Oui parce que ça peut aussi faire peur de stocker des couches sales quelque part chez soi en attendant le prochain lavage… Rassurez-vos il existe des solutions.

  • Installez une petite poubelle destinées à recevoir les inserts et les culottes souillées près dans un endroit frais et sec chez vous. Vous pouvez y rajouter de l’eau avec de l’HE d’arbre à thé. Changez l’eau tous les 2 jours… en fait videz la poubelle tous les 2 jours au maximum… Conseil d’amie.
  • Il est aussi possible de ne pas laver la culotte à chaque change. Parfois (oui parfois !) seul l’insert est mouillé et la culotte peut donc être réutilisée.
  • Quant au lavage, il est possible de tout laver avec le reste du linge de la famille. Mais si vous préférez et que vous avez suffisamment de culottes et d’inserts, vous pouvez faire des lessives dédiées moins fréquemment. Nous on lave tous les 2 jours.
  • Si vous tenez à préserver la durée de ces petites choses et surtout le pouvoir d’absorption des inserts, il faudra utiliser une lessive sans glycérine impérativement. Je vous recommande de faire votre lessive vous même en utilisant des copeaux de savon sans glycérine. Mettez le tout à sécher à l’air libre et évitez le sèche-linge.

Comment faire quand on n’a pas de temps et qu’on travaille ?

pourquoi-sembeter-avec-les-couches-lavables3Alors là les amis, je n’ai clairement pas de recette magique. On ne va pas se mentir, passer aux couches lavables et s’y tenir, exige du temps, une certaine organisation, une réelle motivation et surtout l’approbation de vos proches : famille, amis, nounou ou crèche.

Tout le monde n’est pas fou de joie à l’idée de manipuler des inserts pleins de caca, pour faire du bien à la planète. Quand on confie son petit à un tiers pour s’en occuper la journée ou la nuit, il est indispensable d’avoir le consentement et le soutien des personnes qui seront en charge de changer les couches. Sinon, vous devrez utilisez les deux systèmes et c’est là que, pour notre part, ce fut difficile car la tentation au quotidien est grande d’utiliser les jetables (shame 😦 )

Mais si votre décision est prise et que tout le monde est partant, alors voici quelques petites astuces :

  • Achetez vos culottes moins chères en vous tournant vers l’occasion. On trouve pas mal de culottes seconde main de marque en bon état sur Vinted. On peut réduire sa facture de 30 à 50%, voire plus.
  • De même, les culottes trop petites en bon état peuvent être revendues. J’ai revendu mon kit d’essai un peu plus de la moitié de son prix d’origine.
  • Il existe des kits d’essais chez Hamac (culottes + inserts + voile) pour une trentaine d’euros. Ca permet de tâter le terrain, avant d’investir 500€ dans un équipement intégral.
  • Les inserts en coton, microfibre ou bambou peuvent coûter cher et il est indispensable de prévoir large en quantités. Vous pouvez économiser en les faisant vous mêmes. Allez faire un tour sur Amazon, certains inserts sont beaucoup plus accessibles que d’autres marques et réadaptez la forme et la taille à la machine à coudre en utilisant les inserts de marque comme gabarit.
  • Prévoyez des sacs imperméables à donner à la crèche ou à la nounou pour conserver les éléments souillés. On en trouve de très mignons sur Amazon.
  • Prévoyez aussi quelques inserts jetables (si si ça existe) au cas où vous seriez pris de court dans votre gestion de stock. Ça peut éviter de replonger dans la Pampers à la moindre difficulté. Oui parce que quand on sait qu’on a des jetables planquées quelques part et qu’on n’ a pas la motivation de faire une machine, la tentation est grande de revenir aux couches classiques ….

Si vous aussi, vous êtes passés aux couches lavables et que vous avez quelques astuces pour vous faciliter la vie, n’hésitez pas à partager vos conseils.

Des bisous,

A.

1 réflexion au sujet de “Mais pourquoi s’embêter avec des couches lavables ?”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s